Expliquer la voyance, quelques pistes (volet 1)
10-03-2009

Ce n'est pas la première fois que je m'apprête à « désacraliser » un peu la profession de voyant en apportant mon eau au moulin, et ce n'est je pense pas la dernière...

Dans le phénomène de voyance, comme dit, il y a de nombreuses zones d'ombres et de faits difficilement explicables à la lueur de nos connaissances actuelles. Mais il y a aussi des pistes, qui si elles n'expliquent pas tout (Oh loin de là!!!)  ont tout de même le mérite d'exister.

 

Tout d'abord, cadrons notre domaine d'étude à ce qui pose problème. Je reviendrai dans un prochain article sur tout ce qui concerne les « phrases puits », et autres techniques du type, qui ont plus attrait à la psychologie humaine qu'a autre chose, et qui ne sont un mystère scientifique pour personne. Le présent article limite donc son regard a ce qu'il y a de véritablement intéressant dans le phénomène de voyance, c'est à dire les cas ou les ressentis du praticien ont donné des résultats véritablement pertinents et particuliers à le personne consultant.
 
Curieusement, je commencerai par évoquer le phénomène de la « lecture à froid ». La lecture à froid est une technique d'appréciation qui n'a strictement rien à voir avec la voyance, mais qui est bien pratique en zététique (l'étude des phénomènes paranormaux) pour expliquer rationnellement la moindre pertinence obtenue lors d'une consultation. C'est, autrement dit, « la mauvaise foi du scientifique ».
 
Il faut savoir que, en voyance, 100% des consultations peuvent êtres expliqués de manière rationnelle par les sceptiques. Cela ne signifie pas que l'explication donnée est juste, mais il est toujours possible d'en donner une, ne serai-ce qu'en invoquant le hasard, en dernier recours. Le plus souvent, ce sont les probabilités ou la lecture à froid qui sont invoqués.
 
La lecture à froid est une technique qui consiste à soustraire des informations à son interlocuteur sans qu'il s'en aperçoive, et à les utiliser en parfaite conscience pour en déduire logiquement d'autres informations, allant du plus général au plus particulier voir intime. C'est la technique la plus couramment utilisée dans les audiotels de « voyance » classiques. Mettre donc « voyance » entre gros gros guillemets.. ... ...
Bien maniée, la lecture à froid peut donner des résultats tout à fait surprenant.
Voilà pour les faits.
 
Un voyant, quel qu'il soit, ne peut pas à certains moments ne pas « lire entre les lignes », c'est à dire en vérité pratiquer une certaine forme de « lecture à froid ». Car certaines évidences logiques sautent aux yeux. C'est ce qu'il m'est arrivé par exemple en juillet 2001, lorsque, dans le cours d'une discussion avec des amis, j'ai évoqué la possibilité d'attentats terroristes d'ampleur aux USA. Ce n'était en rien de la voyance, quoi qu'en aient pensé par la suite ces mêmes amis. des attentats de l'ampleur du 11 septembre avaient en effet une probabilité de 1/1 d'arriver un jour. Simple question de tensions géostratégiques. Il y avait en cet été 2001 de nombreux signes montant que la tension était à un niveau particulièrement élevé, tout observateur attentionné pouvait en conclure qu'un point de rupture allait se produire dans les prochains mois. C'est une question d'observation avant d'être une question de voyance.
 
De même en consultation, certains signes ne trompent pas. La fébrilité des mains d'une consultante, son hésitation devant le jeu « quelle carte tirer? » -- La déduction est immédiate: la question, qu'elle soit formulée ou non, revêt une importance cruciale pour la personne. La désinvolture et l'assurance d'une autre permettront de déduire autre chose.
De même l'âge apparent est riche de renseignements. Toutes les générations n'ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes ennuis... Les traits du visage sont un autre signe. Ainsi que l'humeur qui s'en dégage, les expressions. Tous ces signes sont en permanence reçus par le praticien, et évidemment il n'est pas possible de ne pas en tenir compte.
Cela étant, aucun voyant n'a jamais appuyé son succès sur le fait de pouvoir déterminer avec exactitude le sexe d'une personne se tenant en face de lui, ou encore la capacité de différencier un visage gai d'un visage triste. Toutes ces choses là, qui font partie de ce qu'il y a de lecture à froid dans toute séance, ne sont pas et loin de la l'essentiel.
 
Simplement, l'on ne peut pas nier que, parfois, certains détails parlent.
Par exemple, une forme de boucle d'oreille... Il s'agit la d'un élément d'observation tout ce qu'il y a de plus concret. Mais une forme de boucle d'oreille peut inspirer, par exemple, des détails : « madame, je vois a vos boucles d'oreille que votre fils va obtenir une promotion » ... Cette phrase n'a pas de sens, mais un mois plus tard le fils obtient la promotion annoncée.
 
Nota qu'il est des zététiciens (des scientifiques étudiant le phénomène de voyance) pour prétendre qu'obtenir de telles déductions sur la base de la forme des boucles d'oreilles tient de la lecture à froid. Personnellement je trouve cela plutôt amusant, même si je doute fort qu'il existe un seul sceptique au monde capable de lister la symbolique précise et scientifiquement établie des différentes formes de boucles d'oreilles. En fait, je pense qu'il est tout à fait possible d'établir une nouvelle méthode de divination via la forme des boucles d'oreilles, mais cela ne sera pas plus scientifiquemebnt établi que toute autre mancie.
 
Par contre, il demeure tout de même une piste envisageable et pouvant expliquer (peut être) une partie des ressentis. Nous savons en effet que certaines personnes sont capables, d'instinct, de déterminer quel jour de la semaine sera par exemple le 5 août 2043. (En l'occurrence, c'est un mercredi, dixit mon ordinateur qui calcule très vite ce genre de choses) --
Cette perception presque immédiate des choses est un phénomène rare, étonnant, mais néanmoins connu et répertorié. Pourquoi ne pas imaginer qu'il se passerait un peu le même genre de chose au niveau de certains ressentis?
 
Plusieurs faits concordent avec cette hypothèse:
 
 
D'abord, l'apparence insignifiance des indices. Une date au hasard prise dans une année au hasard est un indice qui n'évoque rien chez la plupart des personnes, et les chances de nommer le bon jour de la semaine lui correspondant sont de 1/7. Comme une forme de boucle d'oreille ou tout autre indice du type se révélera tout à fait muet pour la plupart des personnes.
Dans le cadre de la voyance, il est à noter que le même indice (par exemple la même forme de boucle d'oreille mais sur deux personnes différentes) peut qui plus est très bien donner lieu à des interprétations totalement différentes. Qui n'en sont pas moins justes... Mais qui de part le fait n'ont concrètement pas seulement à voir avec la boucle d'oreille.
 
Ensuite, le fait de la perception immédiate. Pour faire sa déduction, le voyant n'a pas besoin de réfléchir. Le temps de réflexion tiens souvent plus au fait de devoir creuser les ressentis ou trouver les mots de français pouvant les traduire en langage compréhensible par le consultant. De même, le « génie » qui donne le nom du jour de la semaine n'a pas besoin de réfléchir.
Chacun peut en effet calculer quel jour sera le 5 août 2043, comme chacun en théorie devrait pouvoir établir des prévisions assez justes si il a sous la main l'intégralité des éléments déterminants la vie d'une personne. Mais le « génie » n'a pas besoin de calculer pour donner sa réponse, et le voyant n'a pas besoin de savoir grand chose d'autre que des informations très succinctes sur une personne. (c'est à dire au moins le prénom ou la date de naissance, ou autre indice minimaliste du même acabit, comme un objet. Au hasard une boucle d'oreille...)
 
Enfin, le décalage entre la faculté et la compréhension de ce qu'elle induit. En voyance, les ressentis les plus justes se posent toujours comme des faits d'évidence. Il est évident que... Mais expliquer pourquoi, impossible ou presque. Comme il n'y a aucune forme de raisonnement logique, le mécanisme qui permet la déduction reste intégralement mystérieux. La réponse n'en est pas moins exacte mais... Comment en est-t-on arrivé là? Aucune idée claire et précise sur le sujet.
 
Ce phénomène de déductions spontanés lointainement apparenté à la lecture à froid pourrait expliquer en partie le phénomène de voyance, qui serait dans ce cas en partie due à une faculté d'appréhension du monde s'émancipant du raisonnement logique et de la réflexion humaine ordinaire.
 
Il est a noter que les ressentis qu'un voyant peut avoir par l'intermédiaire de ses facultés sont toujours plus justes et plus précis que les déductions qu'il pourrait lui-même tirer par la logique. Il arrive même assez souvent que les réponses ou déductions obtenues par ce biais surprennent par leur apparente incohérence... Incohérence qui se dissipera avec le temps pour laisser place à une surprenante pertinence, que l'on n'aurait jamais soupçonnée rationnellement parlant à l'heure ou la réponse fut donnée.
Ainsi la faculté de voyance n'empêche pas le moins du monde d'établir une réflexion logique sur un sujet, et d'en tirer des déductions.  Simplement, par comparaison et les voyants le savent bien, laisser de côté la logique pour ne se concentrer que sur ses ressentis est beaucoup plus efficace.
 
Par contre, cette piste ne permet en rien d'expliquer les phénomènes de visions ou de clairaudience. Ce en quoi elle ne reste qu'une piste, et définitivement incomplète.
 
 
< Précédent   Suivant >
 
Me contacter
~
Tarifs
~
Règlement par Carte Bleue
~
Partenaires