Destinée... et Libre-Arbitre
10-03-2009
 
Le libre-arbitre est sans doute la chose la plus précieuse et la plus respectable que peut posséder l'être humain.
 
Cette phrase, sous la plume d'une voyante – c'est à dire une personne dont le rôle est entre autres de prédire les aléas des destinées – peut paraître surprenante. Comment, en effet, concilier ensemble à la fois les notions de prédictibilité des événements et du futur et la notion de libre arbitre? Un futur déterministe et l'existence d'un libre arbitre semblent en effet s'opposer.

Qu'en est-il vraiment?

 
 
Le présent n'est qu'un vaste ensemble de faits et le futur n'est que la conséquence de ces faits.
Dans l'absolu, on pourrait penser qu'une personne possédant la connaissance objective et exhaustive de tous les faits du présent pourrait, par simple calcul et combinaison logique, aboutir à des prévisions très fiables sur les événements futurs. En effet, rien n'arrive sans cause et tout est conséquence de quelque chose.
 
Dans l'entendement commun, le libre arbitre est la faculté de choisir, de prendre des décisions enfin: d'influencer son présent et donc son futur. On imagine aisément qu'un cancre décidant du jour au lendemain de travailler d'arrache pied pour réussir parviendra à faire augmenter sa moyenne. Il suffit que l'élève en question utilise le fameux « libre-arbitre ».
 
Dans la vraie vie, les choses sont beaucoup moins simples que cela. D'ailleurs, les cas de cancres devenant en l'espace de quelques mois de travail intense de vrais petits génies en herbe sont très rares... Et ce n'est pas simplement une question de volonté de l'enfant. C'est aussi et surtout une question de conditionnement (une situation d'échec scolaire peut avoir de nombreuses raisons, en fait et pour ainsi dire, elle n'a jamais pour seule raison que le manque de volonté de l'élève).
Le cancre qui s'est habitué à son rôle de cancre (quelques que soient les raisons) s'accepte dans ce rôle, pour ainsi dire par « non choix ». (On pourrait parler de désespérance, en ce sens qu'il n'a pas l'espoir de s'en sortir : sans cet espoir de se relever, il ne tentera évidemment rien)
Comme les classes sont souvent surchargées et les familles concernées mal armées contre l'échec scolaire, il n'est pas difficile d'imaginer que la plupart des cancres le resteront. Non pas qu'ils le souhaitent. Non pas qu'ils ne pourraient pas s'en sortir dans l'absolu. Simplement, l'utilisation de leur libre arbitre (pour s'en sortir) est singulièrement restreinte par les circonstances. Leur futur devient alors prévisible.
 
L'exemple pris est volontairement simpliste et simplifié. Dans la plupart des cas, les questions soumis à un voyant sont d'un ordre bien plus complexe, et mettent en scène des situation bien plus enchevêtrées... Mais le principe est là.
 
Chaque personne, et il n'y a pas d'exceptions, se forge une personnalité particulière, qui détermine une manière d'agir finalement assez logique. N'avez vous jamais prononcé cette phrase « Tu me connais, j'ai (fais ci ou ça, répondu telle chose) » le tout sur un ton d'évidence? Eh oui. Vous l'avez non seulement prononcé, mais encore entendue.
Nous réagissons toujours selon notre caractère. C'est une ligne de conduite qui, tout bien pesé, est très linéaire à sa façon. En ce sens, chacune de nos réactions face à un fait donné est d'une prévisibilité effrayante... Si l'on prend les choses avec recul.
 
C'est un peu comme... ... Si le libre arbitre existait bel et bien, mais comme un objet de décoration dont personne ne fait usage!
 
En effet, rares sont les personnes qui remettent en question leurs traits de caractère. La plupart des humains, même, s'enferment si je puis dire dans leurs traits particuliers de caractère. Pour ma part, je sais que je ne fais pas exception et loin de la! Je connais mes défauts, et je les aime. Oh oui! Je vais même jusqu'à demander à mon entourage de m'accepter comme je suis. Car, comme dit l'adage « un léopard ne change pas les taches de sa fourrure »...
 
Sauf qu'en vérité, cette immuabilité du caractère de chacun est une illusion. A tout moment dans toute vie, il est possible de décider qu'il faut changer, maintenant. Seulement, pour se dire une telle chose il faut non seulement avoir le courage de faire une sévère autocritique, mais en plus la volonté de se faire violence pour changer ses habitudes (dur dur) et encore par dessus le marché être habité par l'espoir d'y arriver, et entrevoir la nécessité de ce travail.
Quelqu'un d'honnête devant son miroir comprend bien vite que ces quatre conditions ne sont jamais réunies par hasard, et qu'il faut un effort de réflexion sur soi très intense pour vaincre son propre auto-conditionnement.
 
Car il s'agit bien la d'un auto-conditionnement. Nous nous auto-conditionnons à être nous même à chaque instant. Cet auto-conditionnement est le contraire même du libre arbitre, et c'est cet auto-conditionnement qui rend le futur prévisible.
 
Tout simplement parce que chaque personne, suivant chacune son propre petit bout de chemin, ne peut que croiser d'autres petits bouts de chemins plus prévisibles les uns que les autres.
 
Tout est ainsi déterminé... Jusqu'à nos changements! Car l'on ne change jamais par hasard. Un changement est toujours relatif à un événement particulier. La norme est l'absence de choix, et le suivi de la ligne droite que nous dicte notre caractère propre, forgé par nous. Lorsque le choix survient, il est déterminé par notre caractère.
 
Par exemple, j'ai fait le choix d'écrire cet article. Parce qu'écrire fait partie de mes plaisirs, et que réfléchir à des questions pareilles est une de mes habitudes, tendis qu'un vilain défaut que l'on nomme orgueil – ou une qualité que l'on nomme estime de soi, choisissez, me pousse à croire que ce que je peux dire sur la question intéressera des gens. Mais tout cela est en parfait accord avec ma personnalité, à aucun moment je n'ai fais autre chose que de suivre ma droite ligne. Depuis mes premières nouvelles prémonitoires, écrites lorsque j'avais 14 ans, il était une certitude inscrite quelque part qu'un jour j'écrirais un article sur le libre arbitre et la destinée pour le publier sur mon site de voyante professionnelle. D'aucun diront que je suis native du lion, et que cela me va donc bien de publier des textes. Les lions ne cherchent-ils pas toujours la reconnaissance et l'estime?
En bref, donc, l'existence de cet article ne doit rien au libre arbitre mais tout à ma manière habituelle d'agir.
 
Votre présence sur ce site n'est pas non plus hors de toute conséquence. Je fais de mon côté mon possible pour que ce site soit visité, de votre côté soit vous vous intéressez à la voyance et aux arts divinatoires (et aimez lire des articles à ce sujet) soit (c'est plus prétentieux) vous vous intéressez à moi et aimez lire mes articles (quelqu'un soit la raison). En tous cas, si vous en êtes arrivée à la lecture de ce paragraphe, c'est qu'il y a une bonne raison intégralement logique. Donc prédictible.
 
A ce niveau là, vous l'aurez compris, le problème n'est pas tant de pouvoir prédire le futur avec pertinence que de pouvoir appréhender tous les tenants et aboutissants se rapportant au présent.
Ainsi, l'on peut dire que l'extraordinaire d'une prédiction vérifiée n'est pas tant du fait qu'elle détermine le futur, mais qu'elle sous-entend une compréhension intuitive et exhaustive du présent. Même si cette compréhension n'est pas nécessairement formulable, elle est ressentie, quelque part, inconsciemment mais de manière suffisamment forte pour permettre d'établir la prédiction juste.
 
Nous voilà donc à la fin de cet articles avec de bonnes pistes sur le pourquoi et le comment le futur est-il prédictible.
 
Par contre, ne me demandez pas comment, précisément, un voyant peut à partir de presque rien appréhender de manière suffisamment pertinente le présent pour pouvoir dire l'avenir... Tout ce que je sais, c'est que c'est possible puisque je le vis et l'ai vu faire par bien d'autres.
 
 
< Précédent   Suivant >
 
Me contacter
~
Tarifs
~
Règlement par Carte Bleue
~
Partenaires